Pages Menu
Menu catégories

Posté par le Nov 13, 2014 dans CDI, Expositions, Rencontres culturelles |

Evariste de Parny : qui es-tu ?

Evariste de Parny : qui es-tu ?

 

expoParny

Un texte et des photos présentés par la classe de Seconde 11, sous la houlette de Mme Dehlinger et de M. Clément.

Biographie

– Son enfance

 

Evariste-Désiré Deforges-Parny est né le 6 février 1753 à l’Ermitage dans la commune de Saint-Paul sur l’île Bourbon, au moment de l’esclavage.
Sa famille, originaire du Berry, s’est installée en 1698 à la Réunion. Son père s’appelle Paul de Forges de Parny ; sa mère, Marie-Geneviève de Lanux, meurt prématurément en 1750 et son père épousera en troisièmes noces Françoise Roburent. Il a également trois frères et deux soeurs : Jean-Baptiste-Paul (le frère préféré d’Evariste), Joseph-Louis-Blaise-Chériseuil, François-Xavier, Marie-Louise-Domitille et Marie-Barde-Geneviève (dite Javotte), ainsi que trois demi-frères et une demi-soeur.
Il grandit jusqu’à l’âge de 9 ans auprès des esclaves de la famille, ce qui influencera son œuvre. Puis son père officier l’envoie en France pour poursuivre des études.

–  Sa formation (parcours intellectuel)

 

Evariste de Parny est envoyé en 1763 au collège de Rennes pour faire des études qui seront brillantes. Tenté un moment par une carrière ecclésiastique, il choisit par la suite de faire une carrière militaire comme son père et son frère adoré, Jean-Baptiste-Paul.
Il devient Garde du Corps du roi en 1772 et mène une vie de divertissements, avec d’autres jeunes officiers dont Antoine Bertin.
Il est rappelé à l’Ile de la Réunion en 1773 par son père et c’est là qu’il découvre sa passion pour la poésie et tombe éperdument amoureux d’Esther Lelièvre, une de ses étudiantes en musique, appelée Eléonore par Evariste de Parny dans ses oeuvres telles que les Poésies Erotiques. Cette jeune fille devient par la suite son amante mais il ne peut l’épouser en raison d’une opposition paternelle. Il revient en France en 1775 avec un chagrin d’amour qui animera sa plume durant toute sa vie.
Mais il fréquente aussi une esclave malgache, Léda, dont il a une fille, Valère, née en 1775, dont l’éducation est confiée à sa sœur Javotte. Valère serait la grand-mère de Célimène, la chanteuse de la Saline.
Dans ses oeuvres, il décrit le Créole comme une personne pleine de générosité et de bonté foncière, mais il a aussi le mérite de s’élever contre l’esclavage dans une protestation à peu près contemporaine de celle de Bernardin de Saint Pierre dans le Voyage à l’île de France.
Il entre au service de la reine Marie-Antoinette avec son frère et la famille est anoblie.  La première édition des Poésies érotiques a lieu en 1778 et c’est un succès immédiat.
En 1785, il part comme aide de camp à Pondichéry. Il y aurait composé les Chansons Madécasses.  Lorsqu’éclate la Révolution française, Parny est enthousiaste mais la violence sanguinaire des Républicains le révulse. Pris dans la tourmente de la Révolution française, Parny renonce à sa carrière militaire et se retire à la campagne pour se consacrer à la poésie. Ruiné, il est obligé de vendre ses livres et d’accepter différents postes administratifs.  A cela s’ajoute une mauvaise santé. Il  publie une oeuvre qui attaque la religion, La guerre des dieux.
Il se marie à Grâce Vally, une divorcée d’origine réunionnaise qu’il connaît depuis longtemps. L’année suivante, le 20 avril 1803, il est élu à l’Académie française. Il devient ainsi le premier Réunionnais à entrer dans la “Grande Maison”. Sa situation financière s’améliore un peu. Parny est très populaire au début du 19e siècle et est très lu.

 

-Le contexte politique

 

Parny naît au temps de la monarchie absolue sous le règne de Louis XV. C’est sous le règne de Louis XVI que les frères Parny sont Gardes du corps du roi et de la reine Marie-Antoinette, mais le jeune frondeur signe en 1778 une Epître à MM. Les Insurgens favorable aux opposants de la monarchie. La France est en guerre contre les puissances européennes,  l’Angleterre, puis l’Autriche. En 1799, sous le Consulat de Napoléon Bonaparte, il compose l’Hymne pour la fête de la jeunesse qui célèbre les idéaux républicains, mais il n’en retire aucun avantage.

 

-Le contexte culturel

 

C’est la fin du siècle des Lumières (XVIIIe siècle), période de réflexion et de raisonnement, cependant marqué par l’esclavage contre lequel Parny affirme son opposition. Durant ce siècle, les sciences naturelles évoluent et les explorateurs découvrent de nouveaux peuples et de nouvelles coutumes. Voltaire fait l’éloge des premiers poèmes de Parny, trois ans avant sa mort.

 

-Sa fin de vie

 

Il meurt le 5 décembre 1814, au moment de la chute de l’Empire de Napoléon. Sa tombe se trouve au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

 

Son œuvre

 

Voyage de  Bourgogne, en vers et en prose, avec Antoine de Bertin , 1777
Epitre des insurgens de Boston , 1777
Poésies Erotiques,1778
Opuscules poétiques,1779
Elégies , 1784
Chansons Madécasses, 1787 : c’est le  chef d’oeuvre de Parny . Il n’avait pourtant que 20 ans quand il les écrivit et 24 ans quand il les  publia pour la première fois .
La Guerre des Dieux, poème en 10 chants, 1799 : poème condamné par un arrêt du 27 Juin 1827 mais qui a souvent été réimprimé clandestinement
Goddam, poème en 4 chants
Le portefeuille volé , 1805 : poème en 4 chants
Le voyage de Céline, poème, 1806

Les chansons Madécasses (1787)
sont des poèmes en prose, qui parlent de l’esclavage. Evariste de Parny était amoureux d’une jeune esclave nommée Léda et il a également eu un enfant avec elle. Il n’est jamais allé à Madagascar, mais il trouve les “Malgaches exemplaires car ils sont souriants, gentils, et vivent leurs vies, mais restent méfiants”. Les chansons sont toutes mélancoliques, tristes. Elles parlent d’amour, d’esclavage. A cette époque, ce n’était pas pensable qu’un blanc puisse dénoncer l’esclavage, et tombe amoureux d’une esclave.
Le compositeur Maurice RAVEL au début du XXème siècle a mis en musique trois des Chansons madécasses, qui sont jouées encore de nos jours par plusieurs artistes. On peut les écouter sur Youtube.

 

Son timbre

 

Evariste de Parny a un timbre à son effigie ; il est sorti le 7 Novembre 2014 pour le Bicentenaire de sa mort.  Le portrait de Parny retenu par la Poste n’a été dévoilé qu’à la sortie du timbre.
Le timbre est un timbre philatélique qui a été mis en vente le jour même dans le lycée Evariste de Parny, par la Poste. Les timbres philatéliques ont plus de valeur (la valeur d’un timbre philatélique peut aller de 1€ a 7 000 000€ )

 

L’exposition du CDI 

 

Cette exposition se divise en 6 parties :
1-Affiche de présentation : l’affiche du Bicentenaire de la mort du poète Evariste de Parny a été réalisée par une élève de BTS tourisme ( Kathe Broc), avec une application en ligne: www.tagxedo.com
2-Le coin multimédia : plusieurs documents dont un diaporama

-le lycée de Saint-Paul a changé de nom en 1989 (ça fait tout juste 25 ans)
-les lumières créoles
-la maison d’Evariste de Parny qui se situe à l’Hermitage
-une gravure réalisée en 1838
-il a donné son nom à des rues dans plusieurs villes et à une école qui se trouve à la Possession

-un seul lycée en France porte ce nom
3-Les portraits d’Evariste de Parny : Portrait  réalisé par un ancien élève (Royann Filain)
Portrait par Achille Dévéria vers 1830
Le portrait retenu par la Poste pour le timbre
4-Les travaux d’élèves de l’année dernière (Studio Parny) : affiches

5– Les Chansons madécasses
6-Les oeuvres d’Evariste de Parny (différentes éditions)